Je me souviendrai est un album « coup de poing », un grand cri de journalistes, de bédéistes, d'illustrateurs, de photographes et d'auteurs de tous les horizons qui ont voulu raconter, à leur manière, l'histoire du Printemps érable.  

Fred a été l'un des premiers à être approché pour ce projet monté dans l'urgence. C'était au moment des grosses manifestations devant l'Assemblée Nationale, après que les négociations aient été rompues entre le gouvernement et les principaux leaders étudiants.

 

C'est Soulman André Kadi, un bédéiste de Québec, qui a pris l'initiative de créer ce collectif. Je me souviendrai a été publié par la Boîte à bulles, une maison d'édition basée en France.

Monté en deux semaines, ce livre de 250 pages trace le portrait de la grève étudiante devenue mouvement social. Fred a illustré une trentaine de pages du recueil, dont 24 pour soutenir graphiquement N’a Plus Sommeil Qui Veut, un texte de son ami Simon Brousseau. Les droits d'auteurs ont tous été remis à Amnistie internationale et au fond d'aide à l'ASSÉ (Association pour une solidarité syndicale étudiante).

Selon Fred, le Printemps Érable, c'était un peu le mai 68 québécois, d'où l'importance de le documenter.